railleur

railleur, euse [ rajɶr, øz ] n. et adj.
• 1464; railleresse 1410; de railler
1Personne qui raille, aime à se moquer. ironiste. « Les railleurs s'égayaient là-dessus à nos dépens » (Lesage).
2 Adj. Qui raille, exprime la moquerie. gouailleur, ironique, malicieux, moqueur, narquois, persifleur. « Il épiait mes compagnons avec une curiosité railleuse » (Duhamel). « Une lumière railleuse dans l'œil » (R. Rolland).

railleur, railleuse adjectif et nom Qui raille, qui aime à se moquer. ● railleur, railleuse (synonymes) adjectif et nom Qui raille , qui aime à se moquer.
Synonymes :
railleur, railleuse adjectif Qui exprime la raillerie : Ton railleur.railleur, railleuse (synonymes) adjectif Qui exprime la raillerie
Synonymes :
- facétieux

railleur, euse
adj. et n.
d1./d Qui raille, qui aime à railler.
|| Subst. Les railleurs et les sceptiques.
d2./d Qui exprime la raillerie. Ton railleur. Syn. ironique, narquois.

⇒RAILLEUR, -EUSE, adj. et subst.
I. — Adjectif
A. — 1. Qui raille ou a l'habitude de railler quelqu'un ou quelque chose. Synon. moqueur, persifleur; anton. admirateur, respectueux. Cette autre mise en position était due à la railleuse Valérie, qui, sous prétexte de rajeunir son maire, l'avait doté d'un ridicule de plus (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 281). — Ça te change, dit Gavroche, tu es moins laid, tu devrais garder toujours ça. Montparnasse était joli garçon, mais Gavroche était railleur (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 155). Pourquoi, dit-il, railleur, hésitez-vous à me dire que vous sortez de chez d'Estrème? (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 241).
P. anal. Un peu furieux de nos chants d'oiseaux, Vous nous couronnez de railleurs roseaux! (DESB.-VALM., Mél., 1859, p. 210).
2. [P. méton.] Qui exprime ou qui manifeste qu'on (se) raille (de) quelqu'un ou quelque chose. Synon. moqueur, goguenard; anton. admirateur, respectueux. Air, geste, regard railleur; mine, lèvre, intonation, indulgence railleuse; yeux railleurs. Un homme de trente ans au plus, à l'œil fin, à la bouche railleuse, était assis devant un bureau chargé de papiers et de cartons (SANDEAU, Sacs, 1851, p. 49). Je sors de votre école, mon oncle, répondit avec une déférence à demi railleuse le prétendu marquis (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 327). — En voulez-vous..., mon ci-devant? Et la foule, secouée de joie railleuse, suivit: — Il faut en prendre un peu tout de même, marquis! (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 152). Madame de Kerich passa (...) et lui jeta, sans s'arrêter, un bonjour railleur (ROLLAND, J.-Chr., Matin, 1904, p. 205).
B. — Qui consiste en une (des) raillerie(s) ou contient une (des) raillerie(s). Synon. moqueur. Mot railleur; fable, histoire railleuse. Chaque parole dure ou railleuse qui m'échappait était une faute (MUSSET, Confess. enf. s., 1836, p. 271). Moqueuse, elle soutint son regard, puis elle lui partit au nez d'un éclat de rire si railleur, qu'il en fut tout décontenancé (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 221):
... Bainville écrivait des chroniques de première page, qu'il signait Léonce Beaujeu, généralement railleuses, incisives et d'un bon sens ailé, comme sa conversation.
L. DAUDET, Brév. journ., 1936, p. 99.
II. — Subst. Personne qui raille ou a l'habitude de railler. La race des railleurs. Et au moindre sourire malin, je me sentais le besoin de poignarder le railleur (MICHELET, Mémor., 1822, p. 206). Vous n'avez plus de rivale! fut le dernier mot de ce froid railleur (BALZAC, Splend. et mis., 1847, p. 656). Il rappelle en railleur à demi mondain la fameuse querelle des cordeliers sur la forme de leur capuchon (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 327).
Empl. en nom de qualité. Ce railleur de Dubus était tout ému, hier, presque pâle, parce qu'on lui apprenait qu'un journal quelconque avait parlé de lui (RENARD, Journal, 1890, p. 58). J'en étais tout attendri au fond de moi, et ce railleur de Rouveyre l'a bien vu (LÉAUTAUD, Journal littér., 3, 1910, p. 14).
REM. Raillard, -arde, adj. et subst. a) Adj. ) Qui raille ou a l'habitude de railler. Synon. railleur. Au royaume d'Utopie, situé devers Chinon, régnait (...) le bonhomme Grandgousier (...) bon raillard en son temps, aimant à boire sec et à manger salé (SAINTE-BEUVE, Tabl. poés. fr., 1828, p. 269). À sa droite, une impassible et raillarde brute prétorienne surmontée d'un panache éclatant (BLOY, Journal, 1892, p. 19). ) Qui exprime ou manifeste que l'on raille quelqu'un ou quelque chose. Ton raillard. Bien au contraire régnait chez eux une certaine jovialité sur une note raillarde (GONCOURT, Journal, 1878, p. 1232). b) Subst. Personne qui (se) raille (de) quelqu'un ou quelque chose. Synon. railleur. Il aurait voulu que ce méchant raillard de Scapin le vît en cette gloire et ce triomphe (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 241).
Prononc. et Orth.:[], [-a-], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1410-17 subst. fém. railleresse « celle qui raille, qui se moque » (Troilus, éd. L. Moland et C. d'Héricault, Nouvelles fr. du XIVe s., p. 293); 1464 subst. masc. railleur (Maistre Pierre Pathelin, 1497, éd. R. T. Holbrook, p. 78); 2. 1632 adj. (CORNEILLE, La Veuve, II, 4). Dér. de railler; suff. -eur2. Fréq. abs. littér.:496. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 747, b) 1 286; XXe s.: a) 706, b) 357.
DÉR. Railleusement, adv. a) D'une manière qui montre que l'on (se) raille (de) quelqu'un ou quelque chose. Synon. moqueusement. C'est sérieux, dit-elle en voyant le jeune homme qui la contemplait railleusement en se moquant de son attitude penchée (ZOLA, Curée, 1872, p. 323). Je vous ai dit déjà que je n'aime personne. Léonard sourit railleusement (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p. 209). b) En guise de raillerie. Merci de ta psychologie, et de ta morale, interrompit railleusement Pierre (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 395). Au milieu de « toutes ses grand'mères », comme dit railleusement l'ambassadeur de Russie, il se croit au tribunal de la reine de beauté (MAUROIS, Disraëli, 1927, p. 267). [], [-]. 1re attest. 1834 (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, p. 114); de railleur, suff. -(e)ment2. Fréq. abs. littér.: 34.

railleur, euse [ʀajœʀ, øz] n. et adj.
ÉTYM. 1465, Pathelin, comme nom; adj. au XVIIe; on trouve la forme railleresse en 1390; de railler.
1 Vx. Celui, celle qui plaisante, qui raille.
2 N. Celui, celle qui aime à railler, à se moquer. Moqueur; chineur, ironiste(→ Interloquer, cit. 3). || Le plaisant et le railleur (→ Garant, cit. 5, Chamfort). || « Le railleur sera raillé » (Molière, l'Impromptu de Versailles, 5).Fig. || Le hasard est un grand railleur (→ Destinée, cit. 11).
1 (…) vous faites la railleuse, mais vous passerez par nos mains quelque jour.
Molière, l'Amour médecin, III, 2.
2 (…) les railleurs s'égayaient là-dessus à nos dépens; mais nous ressemblions aux avares qui se consolent des huées du peuple en revoyant leur or.
A. R. Lesage, Gil Blas, VIII, IX.
3 (1690). Adj. Qui raille, se moque; qui exprime la moquerie. || Il est très railleur. Goguenard, gouailleur, malicieux, moqueur, narquois, persifleur. || Esprit un peu railleur (→ Emporter, cit. 13). || Humeur, verve railleuse d'un chansonnier. Frondeur. || Coquetterie (→ Désorienter, cit. 3), curiosité railleuse. || Propos railleurs, interrogations railleuses. Ironique (→ Ironie, cit. 1). || Air, sourire, ton… railleur (→ Gourmé, cit. 2; incrédule, cit. 9). Malin; dérisoire. || Une lumière railleuse dans l'œil (→ Moqueur, cit. 5).
3 Au milieu de ces folies, Emmeline était railleuse : elle avait un oncle tout rond, avec un rire bête, excellent homme. Elle lui avait persuadé que de figure et d'esprit elle était tout son portrait, et cela avec des raisons à faire rire un mort.
A. de Musset, Nouvelles, « Emmeline », I.
4 (…) cette voix grave et sereine (…) à peine railleuse et prête au combat (…)
Ch. Péguy, la République…, p. 260.
CONTR. Admirateur.
DÉR. Railleusement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • railleur — railleur, euse (râ lleur, lleû z , ll mouillées, et non râ yeur) adj. Porté à la raillerie. •   Vous m accusez à tort, je ne suis point railleuse, HAUTEROCHE les Appar. tromp. I, 12. •   Philippe était naturellement railleur, et ne pouvait se… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Railleur — Rail leur (r[.a] ly[ e]r or r[.a] y[ e]r ), n. [F.] A banterer; a jester; a mocker. [R.] Wycherley. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • RAILLEUR — EUSE. adj. Porté à la raillerie. Esprit railleur. Humeur railleuse. Cet homme est trop railleur. Cette femme est trop railleuse.   Discours railleur, paroles railleuses, ton railleur, Discours plein de raillerie, paroles dites pour railler, ton… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • railleur — I. Railleur, [raill]euse. adj. Porté à la raillerie. Esprit railleur. humeur railleuse. On dit aussi, Discours railleur, paroles railleuses, pour dire, Un discours plein de raillerie, des paroles dites pour railler. II. Railleur, [raill]euse. s.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • railleur — Un Railleur ou Raillart, Facetosus, Iocosus, Salsus homo, Dicax. Tu fais le railleur, Ludos et delicias facis, B. ex Plauto …   Thresor de la langue françoyse

  • Railleur — Spotter …   Danske encyklopædi

  • railleur — rail·leur …   English syllables

  • railleur — an. => Moqueur …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • railleur — raˈyər noun ( s) Etymology: French, from Middle French railler + eur or : one given to raillery …   Useful english dictionary

  • RAILLEUR, EUSE — adj. Qui est porté à la raillerie. Esprit tailleur. Humeur railleuse. Cet homme est trop railleur. Propos railleur, paroles railleuses, ton railleur, Propos empreint de railleries, paroles dites pour railler, ton de plaisanterie. RAILLEUR, EUSE,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.